Possibilités. . .. . .. ..

Oh là là !

Je suis complètement perdue dans l’immense mer d’infinies possibilités qui s’offrent à moi pour mon projet chez Oboro.

D’abord, l’arbre, ce fameux arbre qui sera au centre de mon installation.

L’arbre qui doit rappeler/revisiter une expérience de jeunesse que j’ai vécue, une impression d’arbre qui produit des chants d’oiseaux…

Comment je fais ?

Tellement de possibilités.

Ma première idée était de produire des sons par synthèse qui rappelleraient vaguement des chants d’oiseaux, de stocker ces sons dans une mémoire et puis des données provenant de divers capteurs placés dans les branches (vélocité, inclinomètre…) déclenchent et modifient les sons en changeant la vitesse, le pitch, l’amplitude…

Programmation en vue, donc.. !!

En discutant avec l’équipe d’Oboro, j’ai découvert qu’il y aurait probablement d’autres solutions, dans le hardware musical par exemple (synth, Voltage control…)

Ça ouvre les portes à autre chose, plus près de ce que je fais.

Pas mal !

Mais beaucoup de questions tout de même…

Quel type de capteurs j’utilise à ce moment ?

D’humidité ?

Je pourrais planter des électrodes dans la plante afin de tenter de capter son énergie électrique et la rendre audible.

Ça a déjà été fait.

Mais je crois que ça peut tout de même être une partie de la solution.

Plusieurs oiseaux, plusieurs voix, plusieurs capteurs régissant chacun une voix.

Je pense que bien que je tienne à l’idée que ces sont rappellent des oiseaux, je pense qu’il sera dangereux de trop s’en approcher.

Rester dans le très vague, des sons organiques, pas ‘’imitation’’.

Après tout, c’est l’expérience que je tente de rappeler, la situation dans laquelle un arbre semble être à la source d’une expérience sonore.

Et puis, il y aura aussi tout le reste.

Au moins 2 autres œuvres, sonores ou non.

J’ai déjà plein d’idées.

Trop ?

P-e… alors j’en garderai certaines pour de futurs projets.

J’ai pensé à tout plein de choses folles : du vent déplaçant des feuilles ou objets rappelant des feuilles sur le sol et qui génère de petits sons, des champignons qui poussent dans la galerie (bon, pas DANS LA galerie en tant que telle là… vous l’aurez compris…!) et dont le développement du mycélium est transformé en sons (toutes les plantes produisent de l’électricité, même nos amis les champignons (( merci à mon ami Tuomas pour cette info)), ce qui peut donc être capté par des électrodes pour ensuite être transformée en sons), mini projection d’une vidéo sur un objet… C’est étrange, je ne sais pas comment l’expliquer, mais j’ai plein d’impressions (intuition ?) de ce à quoi pourrait ressembler mon installation. C’est plus dans le ressenti que dans le concret pour l’instant.

Une chose est certaine, je dois d’abord me concentrer sur l’arbre pour commencer…

Mercredi prochain, j’irai chez Oboro pour discuter de toutes ces possibilités !

Entre temps, le choix de mes pièces pour mon album dédié au DIMI-A est presque prêt !

J’ai sélectionné les meilleures tracks.

YEAH !

Restera à mixer bien sûr !

Oh !

J'ai aussi terminé une vidéo cette semaine.

Basée sur du found footage d'un documentaire sur des caméras miniatures qui sont avalées par des gens pour qu'on puisse fouiller leur entrailles...

Musique réalisée avec le DiMI-A justement... !

Featured Posts
Posts Are Coming Soon
Stay tuned...
Recent Posts
Archive
Search By Tags
No tags yet.
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2020 by EMILIE PAYEUR / Proudly created with Wix.com

  • Facebook Classic